-
Accueil > Actu Régionale > 20.000 manifestants à Carcassonne : l’Occitan fait son entrée en (...)
20.000 manifestants à Carcassonne : l'Occitan fait son entrée en politique

20.000 manifestants à Carcassonne : l’Occitan fait son entrée en politique

dimanche 25 octobre 2009

Source Libé 25/10/2009

Ils ne pouvaient pas faire moins. La dernière manifestation pour la défense de la langue occitane à Béziers en 2007 rassemblait 20.000 personnes selon les occitanistes. Les mêmes occitanistes en ont donc compté 20.000 ce samedi à Carcassonne.

En occitan comme en français, une manifestation, ça commence toujours par un alignement de chiffres plus ou moins contradictoires :

- L’habitude veut que l’on double. Là, les organisateurs se sont retenus d’en rajouter. La police elle-même donne de 12.000 à 14.000 manifestants.

- Le rendez-vous bisannuel pour réclamer une reconnaissance de la langue d’Oc par l’État français, une intensification de son enseignement et la création dune télévision et d’une radio occitanophones confirme son succès.

Des drapeaux, bien sûr, mais aussi les moustaches de l’Européen écologiste José Bové et les lunettes du député-maire socialiste de Carcassonne Jean-Claude Pérez.

L’occitan fait ainsi son entrée dans le débat politique.

Ce débat est surtout sociétal. Le sujet n’est pas loin d’être épidermique. Comme tout ce qui touche à l’identité.

Défendre l’Occitan est-il le fait d’un communautarisme vaguement rassis ou l’expression d’une recherche progressiste de la diversité ?

Répondre à cette brève

2 Messages

  • Carcassonne 24 octobre : mobilisation réussie pour la langue d’oc. 25 octobre 2009 10:38, par Marie-Jeanne VERNY

    La FELCO, Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc de l’Education Nationale, membre du collectif "Anem, Oc", remercie tous ceux, militants associatifs, syndicalistes, élus, simples citoyens, qui nous ont permis de réussir Carcassonne.

    Nous étions entre 20 et 25 000, plus nombreux qu’à Béziers 2007.

    Merci aux journalistes qui ont couvert l’évènement et à ceux qui vont continuer à donner des échos de notre détermination : la langue que nous enseignons dans le service public de l’Education Nationale, la langue dans laquelle nos élèves et étudiants écrivent, lisent, chantent, créent, cette langue qu’ils continuent à PARLER, nous voulons pour elle une loi ambitieuse, qui lui permette de vivre dans son unité et sa diversité.
    Nous avons réfléchi au contenu possible pour cette loi.

    A lire aussi dans la presse nationale :
    http://www.humanite.fr/2009-10-23_Societe_Occitanie-Demain-a-Carcassonne
    http://www.humanite.fr/2009-10-23_Societe_Occitanie-Langues-de-France-ouverture-en-Oc
    http://www.humanite.fr/2009-10-23_Societe_Occitanie-L-art-d-apprendre-les-langues

    Amistats a totes,
    — 
    Marie-Jeanne VERNY, MCF-HDR Département d’occitan Université Paul Valéry Montpellier

    Voir en ligne : Voici quelques propositions que nous avons soumises aux députés et au gouvernement

    repondre message

  • Adieu amics,
    Coma vos me siau congostada de vèire tan de monde a Carcassona lo 24 d’octobre, coma vos la
    chorma mirgalhada aquèl jorn m’a fach prèner consciença dau vam dau pòple occitan.
    E òc, siam un pòple, ric de sa cultura e de sa diversitat.
    La dignitat per la nòstra lenga e la nòstra cultura es de conquistar
    e dins aquesta amira, pausatz la question de saupre que vendrà aprèp Carcassona ?

    Me sembla que d’accions son de menar per seguir de pesar dins lei decisions republicanas.
    Primièr, leis eleccions regionalas, ont lei nòstrei revindicacions devon comptar.Sabi lo trabalh gròs
    dei militants associatius e de l’IEO per faire seguir lo messatge en rescontrar leis elegits locaus,
    despartamentaus e regionaus. Mai me dise que totei lei jovens, e n’i aviá fòrça a Carcassona, an de contunhar
    de se recampar per estre ausits. Me dise que dins la nòstra istòria, avèm de grands moments de luchas
    per una republica sociala e justa que farián calar leis enemics de la cultura nòstra.
    Me ven l’idèa de prepausar (per quau sap, una manif que ven ?) una granda farandòla alentorn d’un simbole republican
    (Mariana, comuna...) perfin de mostrar qu’es en se donar la man e en luchar ammassa que se bastiguèt la républica.
    Dins aqueesta dansa democratica cadun es lo benvengut, quala que siá sa color o la lenga que parle,
    tan qu’es respectuos de l’autre !
    Alara per de qué pas la faire virar, la granda farandòla dei pòples, puèi qu’avèm decidit d’aver rason !?

    Claudina Paul, de Nimes

    repondre message


FRANCLR | publié sous licence Creative Commons by-nc-nd 2.0 fr
Espace Privé | généré dynamiquement par SPIP & Blog'n Glop.